Domaine du Deffends – Vins Coteaux Varois

Archives: février 2013

Salon des Vins à Villebarou

Article posté le

12 et 13 mars 2016villebarou

Organisation : Association la Vigne et le Vin
à la salle des fêtes de Villebarou 41000.

 

http://salon-villebarou.blogspot.fr/

Guide Bettane et Dessauve

Article posté le

Capture d’écran 2013-02-14 à 13.53.26Champs de la Truffière, Marie-Liesse, Champ du Sesterce & Rosé des Filles

Juché à 400 mètres au-dessus de Saint-Maximin, le domaine du Deffends est situé sur un plateau argilo-calcaire qui permet d’apercevoir la montagne Sainte-Victoire et l’Esterel. Cette situation privilégiée limite la chaleur estivale, tout en faisant bénéficier d’un mistral puissant, qui contribue à l’état sanitaire du vignoble. Il a été crée par Jacques de Lanversin, professeur de droit à l’université d’Aix en Provence, et par son épouse qui prend en charge la partie commerciale.
C’est une adresse très sûre qui produit de longue date des vins de belle qualité à des prix accessibles, avec un Clos de la Truffière digne de ce nom. Il figure parmi les meilleurs rouge de Provence.

Le Champs de la Truffière, cuvée 2006

Nez de violette et de cassis qui devrait truffer, la bouche a des tanins biens construits, on en apprécie l’équilibre et la fraîcheur.

Le Marie-Liesse, cuvée 2007

Nez délicieux de cassis et d’olive noire, la bouche est franche avec juste ce qu’il faut d’épices pour tutoyer un tournedos de cerf.

Le Champ du Sesterce, cuvée 2008

Vin de bon calibre, puissant et frais, sur l’anis et le pistou, à boire sur un loup au fenouil.

Le Rosé des Filles, cuvée 2008

Aérien, coulant et frais, ce rosé est galant et libertin.

RVF 2013

Article posté le

Untitled1Champs de la Truffière, Rosé des Filles, Rosé d’une nuit, Champs du Bécassier, Les Pointes & Champ du Sesterce.

Bénéficiant d’un captal de vieilles vignes, le domaine produit une multitude de cuvées, dans les trois couleurs. Notamment le très fameux Champs de la Truffière, assemblage de vieux cabernet-sauvignon et de syrah, qui étonnera par ses capacités de vieillissement : les 2009, 2008 et plus encore 2007 sont de très grandes réussites. La cuvée Marie-Liesse est dans un esprit plus rhodanien.

Les vins : souple et désaltérant, le Rosé des Filles sent les herbes fraichement coupées plus que le fruit. Plus salin et plus minéral, le Rosé d’une Nuit présente par son énergie, le caractère d’un grand vin. Il se montre sapide, savoureux et long. Le Champ du Sesterce affiche de la vivacité sur des notes d’herbe, de pierre chaude, de paille ; c’est un vin pur et ciselé. Tenu par des tanins ferme, le Champs du Bécassier exprime des notes de goudron et de garrigue. Le Champs de la Truffière 2009 s’exprime sur l’olive noire, et possède une bouche grasse, mûre et riche, aux tanins veloutés mais encore très présents. La cuvée « Les Pointes » 2009 évolue sur le cuir, la viande, le sang, le thym et la résine. Avec ses tanins puissants, il offre un beau potentiel d’évolution.

Guide Hachette 2013

Article posté le

Hachette des Vins Champs de la Truffière, cuvée 2009 & Marie-Liesse, cuvée 2010

Ce 2009 a tout d’un grand, c’est notre coup de cœur. En robe grenat violacé, il s’impose lentement par un premier nez de fruits noirs, puis l’aération sublime son côté épicé né d’un boisé fin sur le poivre et le gingembre. Ample, complexe, charpenté par des tanins fermes mais élégants, le palais retrouve la douceur de la vanille et des fruits au sein d’un longue finale. Déjà admirable, cette bouteille ne pourra qu’évoluer harmonieusement dans les sept prochaines années.

Cité, le Marie-Liesse 2010 plaît par son bouquet de fleurs du maquis et par sa bouche structurée aux accents de menthol et de myrte.

Le vin en Provence..

Article posté le

La Provence, c’est un pays de vacances, où « il fait toujours soleil » et où les gens, à l’accent chantant, prennent le temps de vivre…

Pour les vignerons, c’est aussi un pays de soleil, qui brille trois mille heures par an. Les pluies y sont rares mais violentes, les vents fougueux et le relief tourmenté. Les phocéens, débarqués à Marseille vers 600 avant JC ne sont pas étonnés d’y voir de la vigne, comme chez eux, et ont participé à sa diffusion. Plus tard les Romains, puis les moines, les nobles (comme le moine René d’Anjou Comte de Provence) et jusqu’aux caves coopératives les ont imités. Depuis l’antiquité le développement viticole dans le Var s’est déroulé en quatre phases.

1-Installation de la vigne

Article posté le

Le vigneron varois existait bien avant l’arrivée des grecs : Il avait dépassé le stade de la cueillette et cultivait la vigne pour son fruit et pour son vin. La vigne était essentiellement une culture vivrière. Puis, avec le développement de la production économique, les échanges commerciaux se sont développés par la mer mais très peu vers l’intérieur. Le Vignoble s’installe alors dans toute la vallée du Rhône et en Bourgogne.

Lire la suite

2-Les débuts de la mécanisation

Article posté le

Avec la découverte de la machine à vapeur et le percement des canaux, les échanges se multiplient. La viticulture devient un secteur de l’économie nationale. La culture mixte est abandonnée, la densité des plantations augmente (4000pieds/hectare). La vigne est la principale monoculture en Provence.

Lire la suite

3-La surproduction

Article posté le

1909

Lire la suite

4-Les AOC

Article posté le

Pendant les décennies de forte croissance, le goût des consommateurs s’est affiné, la consommation a baissé. La distillation est devenue obligatoire, et certains vins sont mis en stock à long terme.

Les premières appellations se créent : Bandol en 1950 sous l’influence de M.Peyraud du Domaine Tempier, Côtes de Provence en 1952 sous l’influence du Comte de Rohan de Chabot du Baron Rasque de Laval du Domaine de Sainte Roseline.

Lire la suite

La chaîne d’embouteillage en vidéo…

Article posté le

La chaîne d’embouteillage : environ 2000 bouteilles à l’heure…
guidée par notre prestataire Jean-Christophe