Quoi de neuf ?

“Transmission”: 3 apéros philo avec Marie Schiele

Boire du vin est une source d’inspiration et d’enthousiasme infinie. Nous vous proposons d’associer vin et philosophie au cours d’une série de trois apéro philo en visio conférence sur le thème de la transmission. Marie Schiele, philosophe de l’art et d’Esthétique spécialisée sur l’imaginaire du vêtement, nous parlera de ce que recouvre ce mot en s’appuyant sur trois ouvrages:

“Parmi les fables d’Ésope, on se souvient peut-être de celle intitulée « Le laboureur et ses fils ». Sur son lit de mort, un laboureur convoqua ses trois fils et leur révéla l’existence d’un trésor dissimulé au beau milieu de ses vignes. Les fils cherchèrent, creusèrent la terre, labourèrent la vigne, en vain. Nulle trace du trésor. Mais le soin apporté à la terre par les recherches infructueuses et répétées permit à la vigne de porter du fruit. La morale de cette fable illustre le paradoxe de la transmission. À la différence du don, la transmission n’exalte pas la capacité du sujet à donner sans condition, elle marque plutôt la diminution de celui qui passe, alors que les choses restent. À la différence de l’échange, la transmission n’est pas réciproque et met à l’épreuve la liberté du récipiendaire de l’héritage, matériel ou symbolique. N’y a-t-il pas certains vices, certains secrets, certaines dettes que l’on ne souhaite pas porter soi-même, quelle que soit la loi de l’hérédité ? Reste que la transmission, au-delà du passage est aussi un moyen de communication. Communication à contretemps, communication périlleuse, qui manque toujours d’échouer. Ainsi le laboureur et ses fils. Le père incompris meurt, et la vigne parle aux fils.”

Dates: mardis 8, 15 et 22 juin à 18h

Limité à 20 personnes.

Pour s’inscrire il suffit de commander la caisse “Coffret spécial apéro philo Transmission” spécialement conçue comprenant 4 bouteilles, trois livres, (Eugène Ébodé, la transmission, Camille de Toledo, vies potentielles, Nicolaï Leskov, le voyageur enchanté) et les codes de connexion (zoom) pour les trois apéros en visio. Prix 111€.

En partenariat avec la librairie “Les lettres d’Hélène” à Saint Maximin.

Taille tôt, taille tard, rien ne vaut la taille de Mars !

Nous finissons la taille tranquillement. Comme l’évoque l’adage, tailler tard est une protection contre les gels tardifs. A l’arrivée du printemps les bourgeons de l’extrémité du sarment sont les premiers à sortir. Si, comme l’an dernier, un froid soudain couvre les vignes fin mars, les bourgeons seront détruits, mais ceux situés à la base, encore inhibés pourront prendre le relais.

4 séances de yoga en août

Muriel Giraud enseigne le yoga depuis 2007 aux adultes, enfants et public spécialisé. Professeur de yoga, yoga thérapeute et conseillère en nutrition ayurvédique, les nombreux outils du yoga lui permettent d’enseigner à un public varié et d’adapter les séances aux différents moments de la journée, besoins et effets recherchés.
Nous vous proposons 4 séances au mois d’août à 19h :
-mardi 4: Relaxation & détente par le souffle 
-vendredi 7  : Tonification par les enchaînements
-mardi 11 : Torsions et détente nuque-épaules
-vendredi 14: Exploration du souffle profond dans les postures

L’été 2021 délicieux

L’été c’est le temps des tonnelles. Sur nos restanques, nous en avons installé une avec une vue sur les contreforts des Alpes, une vue de collines et de sommets bleus, verts ou violets selon les heures. Nous y dresserons des tables du 9 juillet à fin août pour vous accueillir chaque jeudi, vendredi et samedi. Le déjeuner sera servi entre 12h et 15h. Chaque jour, un Chef aura fait la table.

-Samedi, l’Ardoise d’Audrey et Nico à Saint Maximin (30€).

-Vendredi, l’Abbaye de la Celle d’Alain Ducasse (38€).

-Jeudi, La Table de Bruno à Saint Maximin (30€).

Pour chaque repas nous offrons une bouteille de rosé.

reservation@deffends.com.

Quelques semaines avant la fleur

La vigne pousse à toute vitesse. Nous la soignons en enlevant les pousses gourmandes sur le tronc du cep et la charpente et nous commençons les premiers traitement de souffre, cuivre, de l’huile essentielle d’orange pour assécher les micelliums, et un stimulant à la base de parois de levures.

Les Saints de Glace

Nous venons de passer les Saint Mamert, saint Pancrace et Saint Servais, les fameux saints de glace. A partir de maintenant nous sommes à l’abri du risque de gel. Le 25 mars la température a subitement baissé provoquant le gel de nos parcelles les plus exposées. Heureusement, les plants ont su résister et nous observons déjà de belle sorties. Le printemps est frais et humide.

Decanter récompense nos vins

Le champs de la Truffière et le Rosé d’une nuit ont été récompensés par une médaille d’or et de platine.

Decanter est avant une revue mensuelle créée à Londres il y a 60 ans, et diffusée dans plus de 80 pays. Ce magazine traite de tout sujet autour du vin. Il s’agit d’une revue très estimée et qui bénéficie d’une belle popularité auprès des professionnels du vin.

Art et Vin 2020 avec Nina Médioni

Nous sommes heureux d’accueillir cette année pour notre exposition annuelle Nina Médioni. Diplômée de l’ENSP, École Nationale Supérieure de la Photographie, Arles. Nina mène ce projet sur le voile depuis plusieurs année. Elle sera exposée à l’aéroport de Roissy dès que les évènements le permettrons. Voici ce qu’elle en dit:

“Bnei Brak est une ville en bordure de Tel Aviv qui concentre la plus grande communauté de juifs ultra-orthodoxes au monde. Une partie de ma famille y réside et j’ai suivi leur quotidien sur plusieurs mois. Habiter dans cette ville c’est faire le choix de se distinguer, voir de se séparer d’une autre réalité, laïque, se déroulant à quelques kilomètres de là.
J’ai circulé entre les personnes et les espaces qui contiennent et séparent la vie religieuse du reste. En tournant à l’intérieur et à l’extérieur de la ville, j’ai vu se dérouler de multiples frontières qui composent une société fragmentée, divisée, parfois morcelée, à l’image d’Israël.”

“Bnei Brak and Tel Aviv share their frontiers, the first one concentrates the biggest community of ultra-orthodox jews in the world, while the second is a much more liberal city. A part of my family live there and I’ve followed its daily life those past months. By living in this city, people choose to live separated from an other reality, that takes place few kilometers away. I’ve focused my work on understanding the differences between the inside and the outside, the home of my family, and the streets of Bnei Brak, the city in itself and its frontiers. By following its limits, I choose to also interrogate myself on the multiple frontiers that composed the Israeli society, fragmented, divised.”

Voici le message amical d’un amateur des vins du Deffends.

Merci à Fabrice Luchini pour sa visite, c’est assez émouvant de le voir déguster et apprécier nos vins. Sa définition de notre production restera dans nos mémoires…

Fabrice Lucchini nous rend visite